ATTENTION !

le . Publié dans Collection D'une fiction, l'autre. Affichages : 11515

 ATTENTION ! de Nic SirkisLe 17 février 2011, Yann Orion, steward chez Air France, prend sa préretraite.

Période de retour sur soi qui réveille les cicatrices et les joies enfouies depuis l’enfance, sous le regard attentif et bienveillant de Guevara, le chat roux qui se charge de ramener son maître à la réalité. Il va réorganiser sa vie et quitter sa maison riche de précieux souvenirs, pour prendre un nouveau départ…

Un article découvert dans les pages du Canard Enchaîné, signalant la sortie d’un livre sur Van Gogh son peintre préféré, va bousculer l’existence de Yann Orion et l’entraîner en de rocambolesques aventures dans un jeu de l’oie parisien.

Au cours d’épisodes pleins d’humour, de tendresse, de suspense et d’effroi, Y. O. affrontera l’alter étrangère, « Insaisissable entre-deux », et, dans un récit en abyme, véritable work in progress, découvrira les affres de la création.

Feuilletez les premières pages de ce roman

ou visionnez leur lecture et son sommaire

Ce roman est arrivé second au prix Botul 2013

De nouvelles critiques sur babelio  et Lisez les articles de presse d'octobre 2013
 

Ce roman admirablement construit, dont chaque page se garde de révéler le secret de la suivante, selon les principes de la « sérendipité » qu’affectionne Nic Sirkis, est un hymne à la vie, et à l’écriture.                                                                                                                                        Morgane Guillem



 

Détails

2013 - 352 pages

Format : 14,5 x 21

Couverture quadri vernis

978-2-36795-000-6
15,00 €


Voir le produit dans la boutique

Version téléchargeable format Kindle

Prix : 1 € TTC

Télécharger


 

auteure

Nic SirkisNic Sirkis nous offre ici, après Les clés de la rue Charlot, un roman très actuel, que l’on n’a pas envie de quitter.

(voir rubrique auteures)

Note de lecture de Morgane Guilhem

Lorsqu'on lui demande de se décrire, Nic Sirkis déclare : « Je suis une femme point d'exclamation qui ne sais pas baisser la voix ». Ce point d'exclamation, et cette envie de faire entendre sa voix, on les retrouve dans son nouveau roman, Attention !, où elle met en scène Yann Orion, jeune pré-retraité tout droit sorti des couloirs d'Air France, qui s'active plus que jamais au cours des deux hivers et du printemps parisiens dont l'auteure nous fait témoins.

 Ce roman admirablement construit, donc chaque page se garde de révéler le secret de la suivante, selon les principes de la « sérendipité » qu'affectionne Nic Sirkis, est un hymne à la vie, et à l'écriture. À la « vie » parce qu'il nous rappelle que, malgré les pages que l'on tourne, il reste toujours quelque chose à découvrir, quelque chose qui nous tiendra en haleine jusqu'au prochain tome de notre histoire, quelque chose qui nous donnera l'envie de continuer à effeuiller la vie et les livres, afin de découvrir le fin mot de chaque intrigue. À « l'écriture », parce que ce fin mot, c'est celui que Yann Orion tente d'écrire, mais aussi de découvrir. Car ce roman est la quête de l'écriture, ainsi que de « l'auteur », cet auteur dont Yann découvre un livre, intriguant, cet auteur qui signe d'un mystérieux « Y ».

 Cet auteur, c'est aussi Yann lui-même, que l'amour d'écrire a toujours habité, et qui s'engage auprès de ses amis du Hasard du 14ème à aider dans la lourde tâche de publication de leur journal.

 C'est sous le ciel parisien que Nic Sirkis a décidé de situer son roman ; Yann, accompagné de Bulle et Gustave, ses deux enfants et de son chat, Guevara, nous emmène visiter son Paris, un Paris qu'il affectionne, où il a posé ses valises après avoir quitté sa Bretagne natale. L'on y découvre les petits cafés, les maisons coquettes et les rues fourmillantes de la capitale, mais surtout, l'on y découvre l'envie de vivre d'un homme qui, porté par ses enfants, se décide à chambouler son quotidien, à se mettre en mouvement, à partager.

Attention !, c'est, comme son auteur, un roman « point d'exclamation », un roman qui, en dehors du titre du journal, ne laisse rien au hasard, qui nous offre d'entrer dans l'univers d'un personnage amoureux des mots, un roman enrobé, ou plutôt pénétré, d'une écriture à la fois simple et pure, d'allusions subtiles et d'un humour enjoué.

  « Ecrire, quelque part, c’est faire face à une dysharmonie interne. C’est réparer quelque chose en latence. Retrouver, en quelque sorte, une harmonie perdue. ». Cette invitation à l'écriture, sortie de l'esprit de Yann, ne peut que nous rappeler l'importance des mots, et si, à l'heure où vous lisez ces quelques lignes, il n'est pas encore l'heure d'écrire, c'est peut-être parce que la lecture vous appelle. 

Morgane Guilhem

 

Commentaires

Dimanche 10 nov 2013.

Coucou Nic! Je viens de quitter à regret ton livre que j'ai vraiment aimé autant pour le style (que je t'envie!) que pour le propos.
Je ne pourrai pas venir au salon des éditeurs indépendants mais je te souhaite beaucoup de lecteurs et de succès et je pense que tu vas encore et bientôt nous surprendre avec un prochain livre. Merci encore pour ce beau cadeau!
Nadine
J’ai fini Attention ! J’ai bien aimé, j’espérais qu’il se saute la dentiste ou qu’il se fasse castrer par la mystérieuse Y…
Mais il m’a bien accroché ! Bravo !
Guillermo
Coucou Nic, je suis en train de lire « Attention ! » roman très parisien et ça me plaît beaucoup. Bisous, Carole ColasVendredi 25 oct : J’ai fini de lire « Attention ! » et j’ai beaucoup aimé ; le caractère domestique et quotidien du début associé à l’irruption de l’irrationnel à la fin, félicitations !! Si tu écris un autre roman je suis preneuse. Bisous, Carole Colas


Bonjour Nic,
Voila, j'ai terminé la lecture de ton livre. je l'ai lu avec plaisir et ai apprécié ton écriture aux tournures poétiques et pleines d'humour en même temps. Bisous,
Corinne

Salut Nic,
J'ai terminé ton livre depuis quelques jours, et je souhaitais te dire que j'avais trouvé énormément de plaisir à sa lecture. J'ai aimé le ton vif et enjoué qui s'en dégage, et l'originalité de l'intrigue avec cette Y ... la fin m'a quelque peu perturbé, je me suis interrogé sur la colère d'Ivan à la lecture de son manuscrit ... et me suis dit qu'elle pouvait finalement être interprétée de différentes façons.
Jean-Pierre Méo
Ton livre? Il est très, très bien écrit parfois trop descriptif, j'avais hâte de suspense, d'érotisme, de philosophie.
La pirouette finale est jolie. Mais...je suis restée sur ma faim, alors...vivement le prochain ! Bisous
Irène

Il est toujours intéressant de plonger dans la lecture d'un auteur de même génération où l'on perçoit des intérêts proches des siens. Malgré un handicap – ma méconnaissance de Paris – j'ai vraiment apprécié ce roman et m'apprête à plonger dans le premier ouvrage de Nic, Les Clés de la rue Charlot, qu'une amie m'a prêtée ! Jean

 


Bravo pour ton inspiration! J'ai aimé les personnages ; j'aime balader dans Paris. J'ai aimé l'intimité du personnage principal, sa vie, son environnement, ses relations. J'ai moins adhéré à son histoire avec cette femme énigmatique. C'était un plaisir de reprendre le livre le soir venu!

Régine Le Calvez

Bonjour Nic,

J’ai adoré ton roman « Attention ! » du début à la fin. L’écriture est exquise, l’histoire originale et la fin surprenante. Ton livre fait partie des livres qu’on n’aime pas finir trop vite, donc on ralentit la lecture et on vit ce conflit entre vouloir que la lecture dure le plus longtemps possible mais qu’on voudrait quand même connaître le dénouement de l’intrigue. Et voilà, hier je suis arrivée à la dernière page, l’intrigue est bel et bien terminée et tu m’as surprise avec une fin inattendue : un coup de maître ! Je sais que tu t’interroges sur les cent premières pages et la fin de ton roman. Pour ma part j’ai adoré la lenteur du début, les descriptions colorées de la vie de Yann Orion. Je ne me suis à aucun moment ennuyée de suivre Yann dans ses balades quotidiennes dans un Paris qui m’est familier et dans ses souvenirs, étrangement familiers eux aussi. Par rapport à la fin, j’ai envie de te dire : N’y change rien ! Pas d’éclaircissement ! Laisse-nous nous arranger avec notre imagination, nos interrogations, notre impatience voire irritation mais aussi avec notre intuition et intelligence. Cette fin qui m’a agréablement laissée sur ma faim est magique et ouvre toutes les portes.... Je t’embrasse et j’espère que tu es en train d’écrire…..

Ursula Moutin

Merci de ton accueil et de ta belle et délicate attention pour Jean-Pierre, il a commencé ton livre dès notre arrivée dans le métro !

Je suis heureuse de t'avoir vue et de te savoir en partance dans le voyage de l'écriture pour un autre livre que j'attends avec impatience...
Tu as un style empli d'envolée fantastique et comme Boris Vian, des mots magiques pour dire..
Je me laisse porter dans le fil du labyrinthe de tes histoires avec délice.
Ton imagination n'a pas de limite et ton sens de la poésie allié à celui de la prose m'emporte avec bonheur dans le jeu du monde nouveau issu du cheminement de ton esprit qui raconte.

Chloé Ackenine

Yann Orion va avoir l'âge de la pré-retraite, mais on a du mal à y croire, tant il parait prêt à toutes les aventures. Le temps qui lui est rendu le déploie, et fait scintiller son univers. Remue-méninges et déménagements en tous genres. Sur ses pas on redécouvre le Paris des quartiers, des potes et des lieux rares. Jubilatoire. Et quand l'envie d'écrire s'en mêle, débute un étrange jeu en miroir... Roman oulipien.
                                                                                                                            Carole Menahem-Lilin

"Yann eut l'occasion de sucrer encore plusieurs cafés pendant les 48 heures qui suivirent. Il ne lâcha presque pas le clavier. Guevara en boule sur le lit veillait sur lui de son oeil jaune." Yann et son chat, Attention !, vous ne pourrez plus les lâcher, émotions, rires, un vrai plaisir dans ce roman foisonnant ! Lisez vite Attention ! C'est jouissif !
                                                                                                                                    Anita Fernandez

J'ai aimé lire « Attention ! » On y découvre Paris comme je ne le connais pas à mon âge, les petites rues, Saint Paul... C'est une lecture qui convient à quelqu'un de calme car les évènements s'y déroulement lentement au début. J'ai été étonnée que le chat parle tant, et triste que Magali & Yann se soient séparés... Je me demande s'il a envie de rencontrer Y ? Je donne comme note à ce livre 15/20.
                                                                                           Madeleine, 93 ans, de son lit d'hôpital à Stains.

Nic, j'ai terminé ton livre il y a longtemps et je ne t'en ai pas parlé. Honte à moi! Je l'ai lu avec beaucoup de plaisir. Quand on te connait, ça donne beaucoup de clés mais ça reste très intéressant, divertissant et intriguant à la fois. Je l'ai déjà prêté à des amis et les retours ont été très bons.
                                                                                                                                                  J-P Leconte

 

Un livre serpentin. Celui que je n'avais encore lu. Histoire en point d'exclamation. ! et encore! et encore. Je me suis étonnée, attachée, empressée de connaître l'histoire, un peu perdue parfois et j'ai repris le fil. 

 Roman des vies de famille bruissantes des entrechats de chacun. Roman de chat dans lequel on se love, va-et-vient constant de l'intérieur vers l'extérieur. On entre, on sort, on s'étire, on décolle, on est seul, on attend, indépendant et relié. 

 Livre du lien. Ruban des liens entre les lieux, les êtres, les quartiers parisiens parcourus à vélo. Livre du clan Orion qui s'adapte aux saisons.  Livre énigme des petits détails qui font la vie de Yann. De Guevara le chat. De Guevara le roi. 

 Merci Nic de ton regard perçant, aimant, qui saisit la vie pour en faire un roman.

Hélène Pradas-Billaud

 

 

J’ai fini ton dernier livre, "Une girafe en cache une autre", pardon "Attention" ... Bravo l'artiste ! Aldona

 

Bravo Nic, je n’ai pas vu le temps du vol PP (Paris/Pékin) passer car j’étais de plus en plus intrigué par la lecture d’Attention ! et que j’avais hâte de connaître la chute annoncée ; elle m’a surpris ! Tu nous racontes ton existence … même si les personnages ont réellement changé de sexe et s’ils pratiquent des métiers dans les mêmes mouvances qu’au sein du cocon familial. Ta soif d’écrire transpire du début à la fin ; continue sur ta lancée, je suis persuadé que l’inspiration ne te manquera jamais. Jacques
 

Toujours en rebondissements, toujours en action, ce livre nous fait parcourir différents endroits, rencontrer différentes personnes décrit-e-s avec passion et humanité. Du coup, à travers ces descriptions, même la banalité du quotidien nous semble plus vivante !                                                                                                 Olivier Daguenet,16 mai 2013

Je suis en train de lire Attention ! et c'est de la belle écriture. Je savais que ça le serait mais...ça fait plaisir de voir que tu t'es lancée dans un gros morceau qui tient la route. Je n'ai pas encore fini. Félicitations ! Pépito Mateo. Mars 2013

Je viens de finir Attention ! et je me suis régalée. Bravo Nic pour la mise en abyme et pour la chute à laquelle je ne m'attendais pas et qui garde sa part de mystère ! Le 23 avril 2013, Martine Mazza

Bravo pour Attention ! Avril 2013, Pépito Mateo.

Gare ! Si vous mettez vos pas - et nous vous y engageons vivement - dans ceux de Yann ORION, le sympathique héros du livre de Nic SIRKIS, vous serez irrésistiblement entraînés dans maints tours et détours, ponctués de péripéties, de tribulations, de pérégrinations, au cours desquels vous rencontrerez le petit monde de YANN : GUEVARA, un chat intuitif et placide, et une riche galerie de personnages hauts en couleurs, bizarres parfois, chaleureux toujours ; des individualités unies par une même façon d'être, une même façon de vivre. En ce sens, "ATTENTION" peut être qualifié de roman ethno-sociologique ; une description minutieuse et empathique d'une frange de la société parisienne d'aujourd'hui, toutes générations confondues.
Comment sortir de ce tourbillon ? Nic SIRKIS nous mène tambour battant vers une fin surréaliste et logique à la fois : c'est très fort. Son imagination débridée est portée par une belle écriture, émaillée de trouvailles de style, de néologismes bien venus et par une culture évidente mais non ostentatoire. Avec humour et sensibilité, Nic SIRKIS restitue fort bien un certain Paris d'aujourd'hui. Si l'on peut regretter une accumulation de détails parfois superflus, on aime suivre l'auteure dans ses itinéraires précis, à la manière de MODIANO, non pas à la recherche d'un passé qui se dérobe, mais pour bien ancrer le tableau dans son présent géographique. Suivez-la à votre tour.
                                                                                                                Le 13 mai 2013, Marianne Morance

Je ne sais si je suis très objective après lecture de ton livre. Je ne me suis pas sentie en terre inconnue.
En dépit d'un silence d'une longue période; je n'ai pas l'impression que tu étais sortie de ma mémoire.
Je t'ai retrouvée, telle que tu es encore dans mes albums-photos, avec cette envie de dévorer le monde, les mots...
Ici, tu nous invites à galoper, à chevaucher dans tes souvenirs, au travers de quartiers de Paris que tu affectionnes comme ces chats indépendants et câlins à la fois.
La réalité frappe sans cesse à la porte, quelle meilleure réponse à donner : celle de mettre en travail nos imaginaires, en toute liberté. Je m'interroge alors sur ce qui a permis à des jeunes à devenir aussi créatifs, à prendre leur destin en main quoiqu'il en coûte, quoiqu'il arrive. Plus les années passent, plus je pense qu'il n'y a pas de hasard, contrairement à ce que d'aucuns, d'aucunes voudraient nous faire croire. Je le découvre chaque jour. Nous avons su, et ton livre l'illustre, bousculer les évidences. Les mots nous portent pour transformer, alors que nos politiciens les piétinent et bafouent nos droits les plus élémentaires par des "célébrations" de pacotille de la société du spectacle. Cela commence dès l'enfance, je l'ai vite compris comme tes protagonistes. Les prédateurs ont gangrené nos droits les plus élémentaires comme l'Article 31 de la Convention Internationales des Droits de l'Enfant (art 31) Bien avant son adoption, j'ai vite compris grâce aux autres que se découvrir, et découvrir les autres par les mots et rêves n'est pas un luxe mais une nécessité, un droit à faire vivre pour de bon.
C'est ce qui t'anime, te fait courir de plus en plus vite pour donner aux autres d'exercer ce pouvoir, de faire tomber les barrières, les injustices, d'exprimer sans tabou ce qu'il y a de plus profond en nous.
Je trouve qu'il y a comme un fil invisible entre Nathalie Kuperman et toi !!!
                                                                                                                                               Colette Charvet