Belle lurette

le . Publié dans Collection D'une fiction, l'autre. Affichages : 14251

Belle lurette

Elle s’appelle Anah. Elle a brûlé d’amour.
Elle peint son dernier tableau.
Du Maroc à la France, l'itinéraire d'une femme entre deux rives.
Le geste, celui que j’ai cherché, que je cherche encore.
Mon équilibre, le contre-poids. La toile blanche est mon commencement.Vouée, rivée, sans cesse revenue à elle.

Cette histoire qui allait naître, ce support qu’elle m’a donné.
Quatre-vingts ans aujourd’hui.

Mon âge, je l’ai longtemps tu, par élégance, parce qu’il ne m’enferme pas. Bien
sûr, les marques de mon corps, les ravins près des rondeurs d’avant. Les couleurs différentes, gris dans les cheveux, bleu granite à mes yeux. Mais mon élan échappe à la coulée du temps.
[...]
Mon geste, toujours, l’élan, encore. Mon désir vit d’un élan différent. Désir sédimenté, érodé, jaillissant. Mon désir élément.
Ce tableau est le dernier. Il sera la synthèse. L’inventé.

 Feuilletez les premières pages

Ecoutez l'auteure en parler.

Ecoutez cette chanson écrite par Hélène et dédiée à ce livre

Des critiques sur babelio

 

Ainsi commence Belle lurette. Après avoir dépeint le blanc dans son premier roman, Hélène Pradas-Billaud nous offre une écriture dans les touches des couleurs du désir.

Parution de ce roman pour le Salon du livre de Paris et en librairie début avril.

Vous pouvez le commander dès maintenant et vous le recevrez en avant-première. 


 

Détails

2013 - 152 pages

Format : 14,5 x 21

Couverture quadri vernis

978-2-36795-001-3
15,00 €


Voir le produit dans la boutique

Auteure

voir la rubrique auteure

Note de lecture de Nic Sirkis

Belle Lurette d’Hélène Pradas

Article d’un jour de neige.

 

« Un anniversaire, cela se fête dans des bulles, non dans des vagues », cette petite phrase murmurée par Charles, au mitan de ce roman d’Hélène Pradas, justifie la douceur du titre, Belle lurette, et la tendresse des aquarelles de la vie d’Anah, peintre octogénaire qui nous apprivoise au long d’un récit ponctué au fil des heures, et des quarts d’heure, par sa pendule.

Hélène Pradras a situé ce petit bijou entre les bulles de souvenirs du Maghreb qui remontent de l’enfance de son héroïne et les vagues océanes de la Bretagne où se termine son existence. On navigue avec elle entre les berges de l’Atlantique et celles de la Méditerranée, ces rivages qui enveloppent le cœur de sa vie, enclos dans les villages parisiens de la capitale.

Anah avait anticipé le conseil de Charles, le fidèle ami: « On ne plonge pas dans un amour comme un sucre dans une tasse de café chaud. On se dissout sinon. »

Femme-caméléon aux facettes rassemblées dans le prisme de ses couleurs, Anah ne s’est pas dissoute car les couleurs ne disparaissent pas, parfois plus belles quand elles s’atténuent et que tout se recompose. Bleue dans les yeux du père, brun or dans ceux d’Yvon, rouge sous les paupières de Luc, cette « femme de bruine et de brume » trace devant nous dans ce récit l’ultime autoportrait de la vie traversée du « souffle de ses yeux ». 

Canotant d’une teinte à l’autre, parfois mélancolique, dans l’unité de temps d’une journée – celle de son quatre-vingtième anniversaire – l’écluse du passage des âges elle compose sans fard ce roman-tableau, bilan de ses « quand même »...

Anah sait aujourd’hui que les imperfections de la vie dessinent en silence la force d’aimer. Et si l’enfance et la vieillesse se tiennent la main dans de fragiles avancées, femme entre Jules et Jim  dans le tourbillon de sa vie, elle dessine au seuil de la mort l’estampe apaisée d’une forme de sagesse et de fougue mêlées. 

Ce livre magnifique fait écho au film de Miguel Gomes - « Tabou » - dans lequel Aurora, la vieille lisboète, confie à Pilar, voisine de palier, ses secrets de femme. Complicité féminine retrouvée ici entre Anah et Jeanne qui l’aide au ménage. Dans ces deux récits en abyme… le passage de témoins parallèles d’Aurora et d’Anah vers leurs filles. Passages… Walter Benjamin, l’auteur berlinois promeneur des « passages », aurait déambulé dans les pages de Belle lurette au côté d’Hélène Pradas dont « la présence [était] ici, dans la ville, dans les rues contenant les passages »…

« Je suis la finitude » ainsi se définit Anah - celle qui même entourée reste seule -, artiste des paradoxes qui cherche en même temps « le pays où jamais ne prend fin ce que l’on a aimé. »

Cet anniversaire a des airs de ménage de Jeanne, nous confie-t-elle, soulevant les souvenirs, balayant l’inutile, ravivant au grand air les couleurs de l’histoire. […] J’ai peint aujourd'hui un livre d’images, mon jardin intérieur, espace habité de présence, seul témoin de mon passé, venu chatouiller ma peau, mes souvenirs, geste simple de chemin lointain, dessin d’enfant mûri par l’âge. Comme Siri Hustvedt, la romancière de Brooklyn auteur de l’essaisur la peinture « Les mystères du rectangle », Anah-peintre, est « une femme qui tremble »… ses « tableaux bien trempés ».

En refermant la dernière page de ce livre, lu en ces deux jours silencieux de neige sur Paris, je ne sais plus à qui adresser l’émotion qui m’envahit de quiétude, à Anah, la peintre octogénaire, ou Hélène, sa jeune créatrice? Je flotte entre les images du tableau et les mots du livre qui le composent… d’une artiste à l’autre, l’humeur purifiée par l’immaculé de la Chanson de neige. Et je remercie autant la peintre que l’écrivain pour la blancheur apportée.

Nic Sirkis, le 21 janvier 2013

vidéo d'une signature à Bièvres

C'est ici