LA REVUE

Revue Nº57-58 Dites-le avec humour

Publié dans REVUE TRIMESTRIELLE

En librairie le 20 mars !

Revue 57-58 Dites-le avec humour

Après la légèreté, étoiles d’encre aborde l’humour.... Parce que nous aimons tous et toutes le rire et le plaisir qu’il est censé nous octroyer, mais plus encore peut-être la découverte de ce qui est caché, masqué en nous et que ces instants de rire et de plaisir nous permettent d’explorer.

L’imagination humoristique populaire est un havre pour faire contrepoids au désespoir. Et même si l’humour a mille formes, mille pays, mille figures, mille époques, mille contextes, il est, depuis la nuit des temps, cet arrêt sur rire qui nous sauvegarde, nous sauve, comme le font parler, nos auteures dans ce numéro. L’humour franchit les frontières et les efface : dans ce recueil le dessin du 8mars 2013 de Doaa Eladl: « Une femme fauteuil » répond au texte de Mahia Alonso « Une femme chaussure ».

Trouver une femme caricaturiste pour illustrer ce numéro sur le thème de l’humour ne fut pas évident! Et pourtant nous l’avons trouvée et c’est en Egypte ! Doaa Eladl, célèbre caricaturiste égyptienne, a généreusement offert ses caricatures. Elle a aussi illustré la couverture d’« Égypte An II» le livre de Fawzia Assaad qui s’est rendue au Caire pour la rencontrer et l'interviewer. Artiste talentueuse et courageuse, elle croque chaque jour la réalité politique et sociale de son pays.  

Feuilletez les premières pages !

Les premières pages de l'entretien sont ici.


 

Détails

Genre : nouvelles, poésie et photos 
Format : 15 x 21 cm 
Pages : 200 - 24 en couleur

978-2-36795-017-4
15,00 €


Voir le produit dans la boutique

edito

Peut-on parler de l'humour dans l'édito d'un numéro de cette revue consacré à l'humour ? That is the question que je me pose depuis le début de ces lignes. Pourquoi avons-nous proposé ce thème me dis-je ? Parce que nous aimons tous et toutes l'humour. Nous aimons le rire et le plaisir qu'il est sensé nous octroyer. Mais plus encore peut-être la découverte de ce qui est caché, masqué en nous et que ces instants de rire et de plaisir nous permettent d'explorer. Bien sûr me direz-vous, il y a humour et humour. Il y a même un certain humour qui ne fait pas rire du tout. Passons. Entre tragique et parodie, entre burlesque et grave, entre réel et imaginaire, l'humour revêt tous les habits que lui offrent les églises de notre chère humanité. Il traque nos travers, se moque de nos pseudo-vertus, nous prend en flagrant délit, s'indigne, en riant, de nos pensées inavouables et met à bas nos dogmes et nos hypocrisies. Cocasse, railleur, décalé, il nous convie, par sa tonalité moqueuse à prendre conscience de nos excès, de nos mensonges, de nos aliénations et de ceux de nos sociétés.

L'humour peut n'être que ces mots menus, volatils, oubliés aussitôt qu'entendus. Alors, il n'a d'autres histoires que celle de l'instant. Mais après tout, l'humour doit-il toujours avoir un sens grave, profond, sous ses habits rieurs ? Peut-être, mais l'essentiel n'est-il pas qu'il soit ce message construit autour de la vie, de sa fugacité comme de sa pérennité ? De son ridicule ou de sa bienséance ? De ses fenêtres et de ses cadenas ? Celui-là qui s'apparente à l'univers de chacun de nous et laisse sa trace dans nos mémoires. Celui-là par lequel chacun peut rire et réfléchir sur soi et sur les autres.

Ainsi les caricatures de notre illustratrice, Doaa Eladl, et le dialogue qu'engage avec elle sa compatriote, Fawzia Assaad, sont l'expression même de cet humour magistral, révélateur de son ancrage dans sa société et dans son époque. Le politique, les mœurs sociales, le religieux, l'Histoire… rien n'échappe à Doaa Eladl et à son intervieweuse. Ces quelques réponses de Doaa sont éloquentes :
- Le temps où les femmes nous gouverneront n’est pas loin… disent les barbus
- On colle à l’actualité. On lit les journaux. On suit les nouvelles sans répit.
- Dans notre métier on est systématiquement contre le pouvoir. Contre Moubarak, contre les militaires, contre Morsi. Nous avons pris l’habitude d’être contre. Voilà que nous nous trouvons « pour » l’armée. Ce n’est pas une situation confortable.

Évidemment, l'humour ne s'exerce pas uniquement dans les sociétés en paix ou dans les sociétés riches. Il peut même être plus incisif, plus acéré, plus cruel parfois, plus signifiant quand les sociétés sont en panne de quiétude et de bien-être. L'imagination humoristique populaire est un havre pour faire contre poids au désespoir. Et même si l'humour a mille formes, mille pays, mille figures, mille époques, mille contextes, il est, depuis la nuit des temps, cet arrêt sur rire qui nous sauvegarde, nous sauve, comme le font parler, trois auteures, parmi d'autres, dans ce numéro :

Ces traits intimistes :
de Sabah Sellah à propos de son chat qui vient de mourir :
Quand j’y pense, il aurait mérité un nom plus noble ! Aristote, Freud ou Platon ! Pourquoi pas ! Quand il me regardait, j’avais l’impression qu’il était en pleine réflexion métaphysique.

ou d'Anita Fernandez à propos d’Héraclès :
-    [elle disait] tu vois mon Hercule, tu es un héros et si on enlève le H du héros il devient Éros, l’amour… Elle disait que si je n’avais pas de sentiments c’est qu’on m’avait mis un H devant le cœur. Mais franchement l’orthographe et moi ça fait deux.

Et ceci dans le texte très politique d'Aldona Januszewski
-    Ça sent mauvais, vous ne trouvez pas ? Je tourne autour, allers-retours, la ritournelle revient. On n’y peut rien ? Vraiment ? Ça grince, ça coince, ça ne veut pas sortir ? Comment en rire ?

            Ah ! L'humour… il a de ces allures !

Behja Traversac



sommaire

Sommaire revue 57-58 Humour

Edito Behja Traversac
Billet d’humeur Marie-Noël Arras

Forum
Les fils du vent Aldona Januszewski
Lettre à Salah Guemriche Marie Malaspina
Doris et Madiba Nic Sirkis
Pâtiss/é/ries Rose-Marie Naime
 
Une artiste à etoiles d’encre : Doaa Eladl
Fawzia Asaad

Variations
Aalice et le Psycha–Analyste Carole Menahem Lilin
La chaussure Mahia Alonso
Aboulie Emmanuelle Visseaux
Écrire un sonnet Brigitte Pellat
Duo du banc Michelle Grenier
La folle histoire de Madame Odette Véronique Boudaillier
Fruit défendu Sabine Normand
LE P’TIT DERNIER, Rose-Marrie Naime
Vieilles canailles Michelle Grenier
Le héros des punaises Valéry Meynadier
Les gros mots Sabine Péglion
La roue alerte Nicole Buresi
LE CHA-CHA DU PAUVRE Rose-Marie Naime
Héraclès Anita Fernandez
ÉCRIVAINE Tamara Piralian
ÉCRI/VAINE Rose-Marie Naime
C’est pas demain la veille Marilyse Leroux
La formidable histoire de Charles Pipeyroux Hélène Pradas-Billaud
Funérailles à l’orientale Viviane Campomar
Mon chat, Céline et moi ! Sabah Sellah
POUAHÉSIE, Rose-Marie Naime

Enfance
Histoire de loup et de phoque Anita Fernandez
RÉVEILS… Rose–Marie Naime
Quel nom pour le soleil Amina Saïd

Mémoire et Histoire
La mort de mon père Monique Chaïbi
Etre interné à Djelfa aux siècles derniers Danièle Iancu-Agou
Instants de bonheur, Suzanne Journès

D’un art l’autre
Regard sur l'œuvre de VIEIRA DA SILVA Marie-Lydie Joffre
Grenouille Huguette Bertrand
La mare aux canards, Mort ou vif et Coups d’audace par Françoise Trichet

À livres ouverts
Georges Catherine Rossi
Prune Mateo, peintures
Rectificatif de la critique de l’Odyssée de grain de Bled… par Michèle Perret
La femme de la mer ionienne de Jacqueline Van Bruaene par Hélène Pradas-Billaud
Thalasso-Crime par Nic Sikis

À paraître :
On dirait qu’elle danse Maïssa Bey
NON ! Janine Teisson
Totémisés Nic Sirkis
Les ailes brûlées Dalila Azzi

Appel à texte étoiles d'encre


Illustratrice

 

Doaa Eladl is a famous woman cartoonist worldwide.  She started her career in Egypt publishing catchy cartoons in the Dostor newspaper. Currently she has great success in Al Masry Al Yourn.

Fawzia Assaad est philosophe et écrivaine, spécialiste de la mythologie.