Les ailes brûlées

le . Publié dans Collection D'une fiction, l'autre

Les ailes brûlées de Dalila Azzien librairie le 3 juillet 2014

Je suis El hadja, née le 6 octobre 1979, j’ai quitté ce monde le 13 septembre 2000, brûlée vive par TOI, mon propre frère.
Ce roman est une tragédie où se croisent deux formes d’écriture, littéraire et théâtrale.
Quelques années après sa mort, l’esprit de la jeune comédienne revient à Mostaganem en Algérie. Elle convoque sa famille et sa meilleure amie sur la scène du petit théâtre où elle s'est épanouie et nous fait assister au vrai procès que la justice n'a pas rendu.
Un témoignage poignant qui donne la parole à la victime qui a souffert une triple injustice, le crime, le silence et l’oubli en hommage à cette comédienne prometteuse.
Feuilletez les premières pages

Lire les 5 bonnes critiques sur Babélio

 Une excellente critique de Maïa Alonso

et une autre de Farouk Bahri
 

 

Détails

Genre : roman
Format : 14,5 x 21 cm
Pages : 112

978-2-36795-075-4
7,00 €


Voir le produit dans la boutique

auteure

Dalila AzziDalila Azzi est journaliste et traductrice algérienne (quadrilingue). Elle a travaillé à Oran pour El Watan. Elle habite en Espagne où elle enseigne le français et l’anglais et s’occupe des nouveaux arrivants dans le cadre associatif. Elle a publié plusieurs nouvelles dans la revue Etoiles d’encre.
L’écriture de ce livre a été précédée d’un travail journalistique de terrain en 2001. L’histoire se passe en Algérie, dans la ville de Mostaganem, ville du théâtre par excellence. Elle relate le destin tragique d’une jeune comédienne de 20 ans. Née au sein d’une famille démunie et nombreuse, elle abandonne l’école très jeune, puis rejoint une troupe de théâtre amateur qui sera durant un peu plus de dix ans, son échappatoire et son unique espace d’expression. El hadja était une jeune fille douée, elle préparait son entrée à l’école des Beaux-arts et s’apprêtait à passer du théâtre amateur au théâtre professionnel. L’auteure a écrit ce livre pour que cette mort ne tombe pas dans l ’oubli et pour témoigner de la violence contre les femmes.