Thalasso-crime

le . Publié dans Collection d'un noir, l'autre

Thalasso-crimeUne nouvelle collection : D'un noir l'autre

Un premier titre en librairie le 24 janvier 2014

Qui est la personne assassinée dans le bain à bulles à l’institut de thalassothérapie de la Grande Motte ?
Madame Merle a deux noms. Est-elle une tranquille écrivaine pour la jeunesse ou une meurtrière ?
Le plombier est-il un tueur en série ? Un terroriste ? Un enfant perdu ?
Une muette peut-elle témoigner ?
Peut-on pardonner le massacre de son enfant ? Et celui de son enfance ?
Combien y a-t-il d’assassins ? Et de meurtres ?
Qui va gagner la coupe du monde de foot ?

Toutes ces questions trouvent leurs réponses dans ce roman foisonnant où les personnages et les mobiles des crimes s’entrecroisent, où le passé meurtrier sème la mort mais aussi l’espoir d’une autre vie pour les survivants.

Feuilletez les 16 premières pages !


 

Détails

Genre : Policier
Format : 11 x 18 cm
Pages : 328

978-2-36795-013-6
12,00 €


Voir le produit dans la boutique

auteure

Janine TeissonNée en 1948 à Toulon, son premier roman : La petite cinglée a obtenu en 1994 le prix du premier roman de Chambéry et le prix Antigone. Thalasso-Crime est son trente-huitième livre. Pour ses lecteurs de 5 à 105 ans, elle aborde romans contemporains, historiques, policiers, nouvelles, poésie. Ses livres où se mêlent sérieux et humour sont traduits, certains, en sept langues.
Revenant à l’écriture adulte, elle découvre les éd. Chèvre-feuille étoilée. Rencontre féconde car Liens de sang, un roman plein de violence et d’amour est publié en 2010 suivi de La salle de bain d’Hortense et L’enfant plume. Chèvre-feuille étoilée a aussi l’audace de rééditer Cher Azad, recueil de contes érotiques orientaux.
Pour Janine Teisson l’écriture est rencontre. Avec elle, tout d’abord, avec le monde, avec les autres, de toutes générations.

 

 

extrait

« Un crime à l’institut de Thalassothérapie, je vois très bien ça. Ça pourrait se passer ici, dans la baignoire, cabine 7. Ou sous les douches multijets, mais la victime serait debout et bien éveillée, et Psychose, ça a déjà été fait et refait en pire. En tout cas, le fait que les filles en blanc installent les clients, appuient sur les boutons puis les laissent mariner seuls douze, vingt ou trente minutes selon la recette, est une sacrée facilité pour l’assassin. Que font-elles pendant ce temps ? Elles préparent la boue d’algues, dans le petit estanco, derrière le comptoir, j’ai vu ça tout à l’heure. Il m’a semblé que l’une d’elle offrait une tisane à une cliente. Je ne sais pas si on doit demander, mais de toute façon, je n’ai pas envie de leur tisane. Toute cette eau me donne tellement envie de pisser ! Quand j’attends sur les sièges en plastique, avec mon maillot de bain glacé sous mon peignoir, je n’ai envie que de fuir. »

Ce que ce polar a de particulier ?

Bien sûr il y a trois femmes égorgées, bien sûr on ignore si elles l'on été par le même assassin, bien sûr il y a une équipe de policiers qui enquête, et bien sûr le commissaire a des problèmes, bien sûr on est entrainé sur des fausses pistes : terrorisme islamiste? Pédophilie? Chantage? Bien sûr on va découvrir d'autres cadavres. Bien sûr l'auteur manie l'humour, et la noirceur. Tout cela relève du polar classique, mais ce roman qui commence dans les vapeurs d'un institut de thalassothérapie est atypique par le monologue de madame Merle dont la douleur et le désir de vengeance sont au centre de l'intrigue; par le fait que la trajectoire de sa vie et celle du jeune assassin vont se croiser, non pas pour le pire, mais pour apporter dans cette noirceur une petite note d'espoir. Elle est la seule a s'exprimer à la première personne et d'une certaine façon elle s'adresse au lecteur . A lui seul elle fait ses aveux. Elle est écrivaine.