Histoires minuscules des révolutions arabes

le Publié dans Collection D'un espace, l'autre

Histoires minuscules des révolutions arabes - Wassyla Tamzali

[…] Mais pourquoi Histoires minuscules ?

Pourquoi choisir de raconter les révolutions par des histoires singulières ? Parce que les révolutions sont arrivées par la grâce de héros minuscules, et que si elles existent c’est par leur vertu de mettre enfin l’homme – la femme – au centre du devenir arabe, chassant Dieu et la Nation. […] Pour de nombreux héros minuscules de ce livre c’est un commencement. C’est la première fois que l’une fait l’amour, que l’autre parle, et que ce vieux, très vieux cairote né pendant la révolution de 1919 conduite par le Warf, rejoint les autres, sort de sa solitude et se dirige en fauteuil roulant dans son costume de marié vers la Place Tahrir pour rejoindre les autres avec qui, enfin, il fait un.

Ce livre est, en effet, un voyage initiatique au cœur des Révolutions arabes. Son ambition et sa force ne sont pas de répéter ce qui s’est dit partout ailleurs sur ces bouleversements, mais de creuser au fond du secret de l’intime, de l’inavoué, de l’imaginaire de chacun des auteurs. Une belle et étrange excursion sous le prisme de quarante et une subjectivités pour regarder naître, se chercher, se réfléchir, réfléchir le monde dans lequel elles ont vu le jour, ces révolutions, qui demeurent, malgré tout, aussi extraordinaires qu’inédites.

Feuilletez les premières pages  

Lisez la critique de Marisa Fois en italien Celle du Figaro sur son blog Algérie

écoutez Wassyla Tamzali aux rencontres de Pétrarque de Montpellier dans "Du grain à moudre" sur France Culture

Voir les articles de presse ci-dessous dont celle du Progrès Egyptien du 9 octobre 2012 et celui de David Fontaine du Canard enchaîné.

 

Détails

2012 - 360 pages et 28 pages photos en noir et blanc

Format : 15 x 21 cm

Couverture quadri pelliculé mat

978-2-914467-80-3
13,00 €


Voir le produit dans la boutique


maître d'oeuvre

Wassyla Tamzali écrivaine et militante féministe algérienne, née en Algérie en 1941. Ancienne avocate à la Cour d'Alger

de 1966 à 1977 avant de travailler à l'UNESCO comme directrice d'un programme pour la promotion de la condition des femmes de la Méditerranée.
A publié entre autres : Une éducation algérienne aux éd. Gallimard et Burqa ? coécrit avec Claude Ber aux éd. Chèvre-feuille étoilée

Auteurs

hmraAhmed Bouchaala, Aïcha Arnaout, Antonio Lanfranchi, Aziz Chouaki, Benamar Médiène, Cécile Oumhani, Danièle Maoudj, Dina Heshmut, Farida Benlyazid, Fawzia Assad, Hejer Charf, Hoda Barakat, Hyam Yared, Kamel Daoud, Lazhari Labter, Leïla Sebbar, Lina Ben Mhenni, Malika Allel, Mehdi Benatia, Michèle Fitoussi, Michèle Perret, Mohamed Kacimi, Nadia Tazi, Nadine Ltaïf, Nedra Ben Smail, Noria Adel, Nouredine Saïdi, Rabaa Abdelkafi, Rachid Benzine, Saïd Khatibi, Salah Ménia, Samira Negrouche, Shahira Mehrez, Simone Molina, Sofia Djama, Tewfik Farès, Waciny Laredj, Wahiba Khiari,Yannis Koussim, Zahia Rahmani.
Et Nourredine Saadi pour la peinture de couverture.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

sommaire ou abécédaire

ABÉCÉDAIRE

ABSOLU (L')
Nourredine Saadi Nue dans vos yeux - - - - - - - 17
AMOUR
Malika Allel Pommes d'amour - - - - - - - - - - - - 23
BÉANCE
Nadia Tazi Les poissons pilotes - - - - - - - - - - - 33
BOUAZIZI
Sofia Djama Une jeune fille à son balcon - - - - - - 41
CRIME PRESQUE PARFAIT (UN)
Wassila Tamzali Le soliloque du vieux militaire - 49
DAMAS / ALGER
Noria Adel L'allumeur de réverbères - - - - - - - - - 57
DÉLIVRANCE
Waciny Laredj La danseuse - - - - - - - - - - - - - 63
DÉSENCHANTEMENT
Mohamed Kacimi Souvenir d'un révolutionnaire allergique
à la nostalgie - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 79
DIABLE SILENCIEUX (LE)
Hyam Yared Je lui découds les lèvres - - - - - - - - 91
EFFACEMENT
Dina Heshmat Tahrir, l'obsession du balai - - - - 97
ÉLECTIONS
Hejer Charf et Wassyla Tamzali Images risquées - 101
ENFANTS MARTYRS (LES)
Aïcha Armaout Fragments - - - - - - - - - - - - - 119
ÉPOPÉE
Tewfik Farès Le dernier baroud d'honneur - - - - 125
358 Histoires minuscules des révolutions arabes
FIN DE L'ÉTAT DE GRÂCE (LA)
Rabâa Abdelkéfi Réveil - - - - - - - - - - - - - - 133
Michèle Perret Les belles et les vautours - - - - - 139
Nadine Ltaïf Un monde sans peur - - - - - - - - 143
FRONT DE LA HAINE (LE)
Rachid Benzine Dans les yeux du ciel - - - - - - 149
Antonio Karim Lanfranchi La jeune femme de la
place Tahrir - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 163
FIANCÉS DE LA PLACE TAHRIR (LES)
Aziz ChouakiMarouane et Souad - - - - - - - - - - - - - - 171
HÉROS ORDINAIRE (UN)
Lina Ben Mhenni Jihed - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 175
IRHAL
Lazhari Labter Dégage - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 181
JUBILATION
Farida Benlyazid Ce n'est qu'un début - - - - - 187
LANGUE ARABE (LA)
Hoda Barakat L'intruse - - - - - - - - - - - - - - 193
LUXURE
Mehdi Ben Attia Ouverture - - - - - - - - - - - - 199
MARCHER
Samira Negrouche Sept petits monologues du jasmin
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 205
MASTURBATION
Yanis Koussim Alger, 7h15,en face de la baie - 213
NÉORÉALISME
Mehdi Ben Attia Que faire ? - - - - - - - - - - - 217
NUDITÉ
Cécile Oumhani Blogueuses rebelles - - - - - - - 221
OUTRE TOMBE
Wahiba Khiari Le printemps des morts - - - - - - 227
Kamel Daoud 12 hommes en colère - - - - - - - - 233
PARRICIDE
Nédra Ben Smail La cour de récréation - - - - - 239
PREMIÈRE FOIS
Ahmed Bouchaala Le premier jour du reste de sa vie
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 247
Leila Sebbar Le jour où elle a parlé - - - - - - - - 253
PRINTEMPS AMOUREUX
Michèle Fitoussi Paroles de femmes - - - - - - - 259
Danièle Maoudj L'honneur du feu - - - - - - - - 265
PROMESSE
Hejer Charf Une beauté terrible est née - - - - - - 267
RE-NAISSANCE
Fawzia Assaad 1919-2011, sur la place Tahrir 273
RÉPRESSION
Saïd Khatibi Baltajia système - - - - - - - - - - - - 287
RÊVES
Simone Molina Je veux que ce pays soit le mien - 295
SCEPTICISME
Zahia Rahmani À Alger, Café des beaux-arts, un Non
à la révolte ? - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 299
TÉLÉPHONE ARABE
Salah Menia Mots d'ordre - - - - - - - - - - - - - 309
TOPOGRAPHIE CAIROTE

France Inter

Wassyla Tamzali a déjà publié une riche bibliographie.
Un ouvrage compte particulièrement pour elle : Une éducation Algérienne, sorti en 2008 et réédité cette année en Folio-poche chez Gallimard [éditeur chez qui elle a aussi publié Une femme en colère en 2009]. 
Les éditions Chèvre-feuille étoilée publient en mars 2012 ses Histoires minuscules des révolutions arabes, ouvrage dans lequel elle a invité un panel de quarante-deux hommes et femmes du Maghreb et du Machreb à s'exprimer après le Printemps Arabe qui a fait la Une de l'Actualité Internationale en 2011.
W. Tamzali a déjà publié Burqa en 2008 dans la collection D'un espace, l'autre du Chèvre-feuille étoilée, dirigée par Behja Traversac,  ainsi que de nombreuses contributions dans la revue Etoiles d'encre de cette maison d'éditions.

Au cours de la longue et passionnante interview sur France-Inter, où elle était invitée le jour de cette journée internationale du droit des femmes, elle a retracé le courageux et singulier itinéraire qui l'a conduite à ces publications.

Le détonateur, qui a ébranlé la jeune algérienne heureuse qu'elle était, fut l'assassinat de son père le 11 décembre 1957 par un jeune membre du FNL, l'année même où un autre natif d'Algérie célèbre, Albert Camus, recevait le prix Nobel de Littérature.

Wassyla Tamzali explique comment elle mit du temps pour prendre conscience des deux modèles de sociétés qui s'opposent en Algérie, ce grand pays de 34 millions d'habitants dont la moitié - les femmes algériennes- devient le symbole de cette discorde nationale.

Quand à 20 ans, dans l'enthousiasme des années qui ont suivi l'indépendance, Wassyla reprit le flambeau paternel pour libérer le peuple de son pays, elle ne se préoccupait pas d'une lutte spécifiquement féministe :
Pour elle, il allait de soit que  la libération nationale engendrerait dans son élan la Libération des Femmes. C'en était le corolaire.
Jeune fille, elle mit son énergie dans la construction d'une Algérie indépendante démocratique.
Si elle assimilait à ce moment-là le féminisme au gauchisme, au sens d'une lutte se trompant de cible, elle raconte avec émotion dans ce grand entretien comment elle a dû ré-envisager cette prise de position.
Sa prise de conscience ultérieure permet de répondre à ceux qui s'interrogent sur la « non implication » de l'Algérie dans le  printemps arabe qui a secoué les rives de la Méditerranée l'an dernier. Elle leur rétorque que ce printemps arabe a justement tenté d'y éclore, précurseur de presqu'un quart de siècle en 1988, éclosion qui a été étouffée dans son œuf... et réprimée sauvagement dans le sang. 
La Phase du guépard... Tout y était dans l'ébranlement du pouvoir algérien : Remise en cause du parti unique et toutes les revendications, prémisses des actuels Dégage ! - entendus en 2011.
L'échec de cette demande si vivante de démocratie, déjouée par l'habileté politique des dirigeants qui ont tué la réforme en la caricaturant dans une multitude de réformes, a paralysé les forces revendicatrices de la jeunesse, trahie, abusée et désabusée...

Traumatisée par les revers des actions collectives, la nouvelle génération s'est retranchée dans les aspirations individuelles du Sauvons les meubles, du Chacun pour soi  et du cycle système D où l'idée de démocratie même est dévalorisée.
« On a mangé notre blé vert en 1991 et enterré la démocratie en disant au peuple algérien. ‘Vous avez mal voté' » constate amèrement Wassyla.

L'échec était gravé dans le marbre. La seule idéologie laissée au peuple : la Religion. Car en 1991, dans le pays muselé, sans plus aucun moyen d'expression indépendant, les démocrates ont payé les pots cassés, laissant aux seuls islamistes le droit de réunion autorisée dans les mosquées. Le rapport de force a empiété sur le politique. Cependant Wassyla Tasmani prône la confiance en l'avenir:

« La page post-colonialiste est tournée. Le pays reste à construire. » ...proclame-t-elle avec foi et énergie. Si la révolution lui a été confisquée... une non-révolution en Algérie, ça ne peut pas arriver !
 
Dans la présentation des Histoires minuscules des révolutions arabes, l'auteure exprime son enthousiasme de découvrir les nouvelles particulières et insolites, sombres ou lumineuses, toutes d'une subtile authenticité, qu'elle a reçues des écrivains qu'elle avait sollicités pour se joindre à elle dans la participation à cet ambitieux projet :

Dresser une parole intime et singulière pour traduire le vécu au sein d'un mouvement collectif. Wassyla a découvert des récits qui l'ont heureusement surprise par l'accent particulier sur les questions touchant à la sexualité qui traversent la plupart d'entre eux. Cette constatation va dans le sens des convictions féministes de WT.
 
Ces révolutions arabes ont libéré les forces obscures.
Dans ce nouveau  livre, les auteurs ont exprimé leur vision subjective de ces révolutions.

L'ouvrage acquiert ainsi une portée originale plus profonde que les raccourcis de rationalité que génèrent les analyses géopolitiques qui font légion. Dans ce volumineux ouvrage, des hommes, tout autant que des femmes, ont choisi d'écrire sur le viol, le corps féminin, le désir, et sur d'autres sujets habituellement tabous.

Ce fait conforte WT dans la pensée que la libération de la femme est le moteur de la politique arabe.
Il oblige à faire face au problème récurrent de la haine des femmes dans la société islamique, cette énigme de la place de la moitié de l'humanité dans les pays maghrébins. Enigme maghrébine sur laquelle elle s'est déjà longuement penchée.
Ce rapport de domination des hommes sur les femmes lui inspire deux anecdotes, qu'elle met en miroir :

La réponse de Marie-Antoinette à qui on annonce que le peuple a faim : « Donnez-leur des brioches ! »
Et celle du Sultan informé par son Vizir que son peuple bouge : « Donnez-leur le plein pouvoir sur les femmes ! »
 
Wassyla ajoute avec ironie que si l'homme arabe ne pense pas chaque matin en se rasant à être président de la République... il peut rêver à dominer toutes les femmes de sa maison !
Car la grande menace qui effraye les pays arabes c'est l'idée d'égalité entre hommes et femmes ; ce concept qui risquerait d'apporter la démocratie et d'ébranler des régimes autoritaires en place.

D'où la nécessité pour WT de politiser la question de la femme dans ces sociétés.
Et de la re-politiser, si elle a été dépolitisée !
Sinon l'aliénation des femmes les contraint au non-sens contradictoire de choisir librement le geste de soumission de se voiler  pour avoir la paix... alors que leurs époux s'habillent à la mode occidentale, délaissant leurs habits traditionnels.
 
Le nœud gordien étranglant, selon Wassyla Tamzali, le monde islamique est dû aux fondations éthiques basées sur la supposée absence de désir des femmes et à une négation de leur sexualité, qui induisent des comportements d'une schizophrénique contradiction qu'elle dénonce : Le paradoxe du string érotique sous le voile intégral, réduisant la femme à être un pur sexe, et non un esprit en action. En refusant la rencontre des femmes dans leur intégrité,  les hommes brident toute réelle émotion.
 
Ce sont à ces « émotions exilées », titre que Wassyla Tamzali avait songé initialement donner à son livre, qu'elle a tendu, proposé, des pages blanches.
Pour oublier les idées, si profondément ancrées au fond des habitudes, affirmant que guerre et violence sont nécessaires.
Débâillonner les émotions latentes enfouies au fond de chacun de nous.
Se laisser guider par la force de désir universel de notre humanité.
 
Nous étions des enfants de la guerre, de l'ombre, des enfants de la mort,  nous confie celle qui plaide pour qu'on laisse entendre nos sentiments d'amour, de soleil, de vie.
Car, dit-elle, l'exil des émotions est un grand danger pour la politique.
Elle est convaincue que si celle-ci passe toujours en avant, reléguant les émotions dans les cachots noirs, de faute et de culpabilité, de la marginalité, les émotions sont pourtant le nerf de tout !
 
Wassyla Tamzali, citoyenne et femme de lettres profondément camusienne, comme elle se définit elle-même, a conclu son interview en revenant sur l'ambivalence  du sentiment d'amour inhérent, tout à la fois pour son père et pour son pays.
J'avais contracté un mariage d'amour et de raison avec Alger, nous avoue-t-elle.

Elle a eu le bonheur de rencontrer la reconnaissance des lecteurs, hommes et femmes de tous les milieux. Ça a été la plus belle et émouvante des récompenses, pour celle qui a toujours considéré ne pas être comme tout le monde, de rencontrer l'adhésion et la compréhension du public, annulant ainsi la dette que son pays avait laissée dans son cœur depuis l'assassinat de son père.

« J'ai écrit pour la part qui n'est pas comme tout le monde, pour tout le monde" nous dit cette écrivaine qui, avec ce livre, espère enfin apporter à son père algérien la sépulture que son pays lui doit, comme Polynice enterré par sa sœur qui a affronté les lois de Créon.

Souhaitons qu'avec toutes les voix - empreintes de toutes ces émotions qui montent du Maghreb au Machreb dans les pages de ces histoires minuscules - notre Antigone-Wazzyla confortera cette symbiose des émotions dévoilées.
 
  Nic Sirkis, ce 11 mars 2011 !

articles

Histoires minuscules, article canard enchaineHistoires minuscules des révolutions arabes, article de presse

 Histoires minuscules des révolutions arabes, article de presse 2