Collection D'un espace, l'autre

Cette collection rassemble les essais, les récits, les témoignages.
Dirigée par Behja Traversac

La Belle-soeur de Victor H.

Écrit par Caroline Fabre-Rousseau. Publié dans Collection D'un espace, l'autre

La belle soeur de Victor H.en librairie le 8 avril

Le portrait de Julie Duvidal de Montferrier, comtesse Hugo, ingénieusement campé par Caroline Fabre-Rousseau, est celui d’une femme accomplie dans sa plénitude d’artiste et sa plénitude de femme.

L’auteure ressuscite non seulement l’art d’une peintre authentique, l’histoire de sa famille originaire du Languedoc et ruinée par la Révolution, mais aussi l’ambiance artistique, politique et sociale de la riche période romantique du XIXe siècle. Les pages de ce livre nous plongent dans la profusion créatrice de ces années marquées pourtant de bouleversements, de crises, d’exils et de drames innombrables. Mais la figure de Louise Rose Julie Duvidal en sort grandie par les épreuves, joyeuse, revigorante, indéniablement inventive, elle, la seule peintre à avoir, encore aujourd’hui, un tableau accroché depuis deux siècles à l’Assemblée Nationale.
Un livre brillant et érudit, qui se lit d’une traite et irrigue, de mille façons, notre imaginaire.

Feuilletez les premières pages

et cet extrait du Chapitre "Premier salon".

Ecoutez l'auteure vous en parler

Les arbres ne nous oublient pas

Écrit par Michèle Perret. Publié dans Collection D'un espace, l'autre

couv Les arbresen librairie le 8 janvier

Mercier-Lacombe/Sfisef 2015

Invitée à revoir les lieux de son enfance, la ferme coloniale de Terre du vent, Michèle Perret a surtout senti émerger l’indicible d’un passé de violences et de joies qui affleure encore dans l’Algérie moderne.

Des villas d’Aïn el Turk au cimetière de Sfisef/Mercier-Lacombe, son village, des petits bistrots d’Oran aux glaciers de Bel Abbès, sur les autoroutes chinoises ou dans la mythique forêt de Guetarnia, dans les fermes abandonnées, dans la mémoire de hommes, dans les robes pimpantes des filles, dans les appels à la prière couverts par le chant des merles et jusque dans les fantômes de la ferme de son père, elle a traqué les souvenirs diffus du passé français de cette terre et découvert l’étonnant appétit de bonheur des Algériens.

Entre émotion et sourire, cette histoire décrypte comme peu l’ont fait la tragédie qu’ont vécue – et que vivent encore – deux peuples qui n’étaient pas aussi ennemis qu’on a bien voulu le leur faire croire.

 

Récit accompagné de photos d'hier et d'aujourd'hui.

feuilletez les premières pages

Lire cette toute première critique de Babou et celle-ci de Maïa Alonso ou encore celle-là de Bigmammy et le jour de la sortie de ce livre la très belle et juste critique de Daniel Fattore

ou encore celle de Djilali Bencheikh


 

Un toit pour vivre

Écrit par Collectif Logement Paris 14. Publié dans Collection D'un espace, l'autre

Un toit pour vivreen librairie le 15 octobre

Les mots s'empilent comme des blocs, dressent page à page un mur de paroles vibrantes et bouleversantes, s'élancent en arabesques comme une danse pour conjurer l'impossible quotidien, et, pour finir, bâtissent phrase à phrase la maison rêvée. 

Celle que chacun et chacune est en droit d'espérer pour y bâtir sa vie.

Un livre qui met en espace des paroles de personnes mal logées, un parti pris graphique pour rendre audibles des mots difficiles à entendre.
 

Feuilletez les premières pages.

 Lire les critiques sur Babelio


 

Ce qu'elle veut dire

Écrit par Françoise Renaud. Publié dans Collection D'un espace, l'autre

Ce qu'elle veut direen librairie le 12 mars

Françoise Renaud recueille ici ce qu’ELLE veut dire.
Elle, l’amie jamais nommée dans ce récit, représentée par ce pronom si « personnel » et universel à la fois. Elle, Humaine, ni plus, ni moins…
Se sentant accompagnée par l’écrivain dans l’épreuve qu’elle traverse, ELLE raconte, fouille son histoire pour  comprendre.
Peu à peu elle pénètre la broussaille, progresse à cœur.
Toujours la présence insistante de la mort qui ramène dans le camp de la vie et rallume les lampes sur les berges du fleuve.
La seule parole qui tienne est en train de s’écrire.
La vérité est dans le livre… dans le livre…

Feuilletez les premières pages

Lisez cet article du Midi Libre

ou celui ci

La petite fille sous le platane

Écrit par Rosa Cortés. Publié dans Collection D'un espace, l'autre

La petite fille sous le plataneen librairie le 8 janvier 2015

À travers le regard naïf et singulier d’une enfant malicieuse et turbulente, nous suivons, dans ce récit, les péripéties d’une famille éprouvée par la guerre d’Espagne. Comment, pour rejoindre le père, républicain parti travailler à Alger, passer de Polop, un petit village du Levant espagnol où tout est familier, rassurant, paisible, à une grande ville de l’autre côté de la mer, où tout paraît étrange, inquiétant, incompréhensible ? Comment retrouver des repères, s’adapter à une nouvelle société, acquérir une nouvelle langue ?
Comment aller droit vers l’inconnu sans perdre l’équilibre ? S’intégrer sans se déposséder de son histoire ?
Un récit passionnant, drôle et émouvant, qui ne nous quitte pas, même après avoir refermé le livre. Une magistrale leçon de vie.

Feuilletez les premières pages

ou cet extrait


 

Anaïs Nin, genèse et jeunesse

Écrit par Sophie Taam. Publié dans Collection D'un espace, l'autre

Anaïs Nin, genèse et jeunessepublié le 6 mars 2014

Anaïs Nin est célèbre pour sa sexualité débridée, pour son œuvre novatrice, reconnue tardivement, et surtout pour ses journaux témoins de l’époque du Paris d’avant guerre puis du New York des années 50. Si son enfance et sa jeunesse nous offrent des pistes intéressantes pour déchiffrer le mystère de cette artiste à l’aura sulfureuse, sa vie adulte n’en offre pas moins. De nombreuses personnalités du monde de l’art et de la littérature traversent ce destin exceptionnel.

Sophie Taam sait bien que les biographies de son héroïne ne manquent pas, mais celle-ci intervient à un moment de l’histoire sociale où l’on a une meilleure connaissance des conséquences de l’inceste, dont fut victime Anaïs Nin et qui la marqua à jamais.
Elle inventa sa propre façon de se guérir et fut une féministe, certes controversée, mais qui rencontre aujourd’hui l’adhésion d’une certaine mouvance.

Feuilletez les premières pages

Babelio

La cause littéraire entretien

La cause littéraire, critique de Laurence BiavaLaurence Biava

Egypte An II

Écrit par Fawzia Asaad. Publié dans Collection D'un espace, l'autre

Egypte An IIParu le 28 novembre

Ce texte porte un éclairage différent de celui de la presse occidentale sur ce qui s'est passé en Égypte de janvier 2011 à juin 2013. Analyses et reportages que je considère comme biaisés, tronqués et ne reflétant ni la réalité des faits eux-mêmes, ni la profondeur politique qu'ils signifient.
On lit, on entend, on donne à voir que la culture démocratique des Égyptiens balbutie alors même que la jeunesse du pays orchestre un spectacle grandiose de démocratie. Le peuple avait porté un Président au pouvoir. Le Président s’est montré incompétent et dangereux. Ce même peuple exprime sa volonté de destituer le Président et délègue aux militaires le pouvoir de négocier sa destitution. Tel est le résumé de mon histoire. Trente-trois millions d’actes de rébellion ont été signés pour réclamer le départ du Président, trente-trois millions de rebelles ont envahi les rues, les ponts du Caire et des autres villes du pays. Même si le mot rébellion, tamarrod, est rarement prononcé.
L’histoire que je raconte n’échappera pas à la terreur et à la contre-révolution, mais de l’avoir vécue, il en restera une culture populaire de la liberté et de la justice qui ne s'effacera pas de la mémoire collective. Tamarrod a prêté son nom à un parti qui contribuera à la rédaction d’une nouvelle Constitution.

Fawzia Assaad

Couverture : © Doaa Eladl, caricaturiste égyptienne
Texte en arabe : La voix de la femme... Révolution
Hommage à Shahinda Maqlad
Feuilletez les premières pages

Femmes et Révolution en Tunisie

Écrit par Janine Gdalia. Publié dans Collection D'un espace, l'autre

Femmes et Révolution en TunisieBien sûr le monde entier en a parlé, bien sûr l'amplitude de la révolution tunisienne a provoqué une émotion inégalée au cours de ces deux derniers siècles – à l’exception de la chute du mur de Berlin –, bien sûr aussi, les analyses, les commentaires, les professions de foi n’ont pas manqué… mais saisir des paroles de femmes qui y étaient, qui se sont impliquées depuis des années pour que cela advienne, c’est cela l’originalité de la démarche de Janine Gdalia qui, en interrogeant :

Azza Filali, Radhia Nasraoui, Nadia El Fani, Khadija Chérif, Marianne Catzaras,
Myriam Bouderbala, Lamia Ben Messaoud, Mériem Zeghidi, Hajer Bourguiba et
Michèle, Maya, Nedjma, Alima et Fatma,

met en lumière l’implication incontournable des femmes de Tunisie.
 

Feuilletez les premières pages

et le Sommaire.
 

 

Histoires minuscules des révolutions arabes

Écrit par Wassyla Tamzali. Publié dans Collection D'un espace, l'autre

Histoires minuscules des révolutions arabes - Wassyla Tamzali

[…] Mais pourquoi Histoires minuscules ?

Pourquoi choisir de raconter les révolutions par des histoires singulières ? Parce que les révolutions sont arrivées par la grâce de héros minuscules, et que si elles existent c’est par leur vertu de mettre enfin l’homme – la femme – au centre du devenir arabe, chassant Dieu et la Nation. […] Pour de nombreux héros minuscules de ce livre c’est un commencement. C’est la première fois que l’une fait l’amour, que l’autre parle, et que ce vieux, très vieux cairote né pendant la révolution de 1919 conduite par le Warf, rejoint les autres, sort de sa solitude et se dirige en fauteuil roulant dans son costume de marié vers la Place Tahrir pour rejoindre les autres avec qui, enfin, il fait un.

Aux dires de l'écrit

Écrit par Claude Ber. Publié dans Collection D'un espace, l'autre

Aux dires de l'écrit de Claude BerInitialement il y avait le goût du mot dans la bouche, du souffle sur les lèvres, la parole comme une présence de la langue dans le corps et du corps dans la langue, une italianité florentine du verbe haut et chantant, de la vitesse et du son de la langue – toutes les langues comme étrangères et sonores. Il y avait la lignée du Sud, l’aède et le troubadour, Orphée et la musique pour aider la mémoire. Mnémosyne ou la mémoire et le poème – et le goût de faire fondre en paroles l'écrit dans la bouche et que l'encre devienne voix, le visible audible pour que se puisse entendre au double sens d’ouïr et de comprendre ce que  langue veut dire. Il y avait, sans y penser, le « dirécrire » en un seul mot quand la langue est parlée même lorsqu’on l’écrit et écrite quand elle parle.

 

Etienne Dinet

Écrit par Naïma Rachdi. Publié dans Collection D'un espace, l'autre

Etienne Dinet de Naïma Rachdi

ou Le regain de la peinture orientaliste

Immortalisant Bou-Saâda et une Algérie disparue, la palette chatoyante de Dinet (1861-1929) a séduit puis lassé : rejet, oubli ont remisé ses toiles, comme celles d’autres peintres orientalistes, dans les greniers et les réserves de nos musées d’Occident. Pourtant, ses œuvres battent aujourd’hui les records des ventes aux enchères : musées et particuliers, particulièrement du Moyen-Orient, lui assurent une cote jamais égalée.

Feuilletez les premières pages

 

 

Libres paroles II

Écrit par Claude Ber. Publié dans Collection D'un espace, l'autre

Libres paroles II de Claude Ber

 Edition en poche de ses conférences 


S'il suffisait de définir ou de redéfinir des valeurs pour vivre ensemble et conduire sa vie,  il y a longtemps que cela se saurait car ce ne sont pas les systèmes de valeur qui manquent : religions, philosophies, idélologies en proposent à foison. Le problème se situe ailleurs, c'est sur l'homme, sur chacun de nous que s'appuient les valeurs, c'est de nous qu'il dépend qu'elles ne soient pas impostures.

C'est parce que Claude Ber articule la littérature, la poésie - qui sont présence au monde - et la réflexion sociale, que ce livre est d'une importance particulière...

Burqa ?

Écrit par Wassyla Tamzali et Claude Ber. Publié dans Collection D'un espace, l'autre

Burqa ?

Comment et pourquoi la burqa s’invite-t-elle dans le débat politique et social français ?

Pourquoi des personnes vivant dans un pays laïc, où les femmes revendiquent la parité des droits et des devoirs entre les sexes, éprouvent-elles le besoin de soustraire leur corps et leur visage aux yeux de leurs concitoyens ?

 

Pourquoi des femmes nées dans un pays laïc, ouvert, choisissent-elles de s’extraire des usages du vivre ensemble ?

Vous vieillissez ? Nous aussi...

Écrit par Dominique Godfard et Christiane Aguiar. Publié dans Collection D'un espace, l'autre

couv-vous-vieillissez.jpg

septembre 2009

 

Dominique Godfard et Christiane Aguiar  passent en revue les thèmes, grands et petits, qui ont jalonné leur existence et autour desquels se sont articulés leurs vies affective et professionnelle, leurs rapports aux autres, à l'argent..., et au vieillissement. En effet, à elles deux, 150 ans !

 

Voir l'article de Cécile Oumhani !

 

 

 

Alger ou L'impossible portrait

Écrit par Catherine Rossi . Publié dans Collection D'un espace, l'autre

couv-portrait-alger.gifTexte et aquarelles de

Catherine Rossi

Avril 2009

Dans ce livre Catherine Rossi, aquarelliste et écrivaine tente de faire le portrait d'Alger, un portrait qu'elle-même dit impossible... Amoureuse de la ville d'Alger, elle la regarde de tous côtés, elle la sillonne de long en large, de bas en haut, revisite son passé et projette son futur. Elle nous parle aussi bien de la vision des peintres, des écrivains, des chanteurs, des poètes ou des mystiques que de celle des architectes et des politiques.

feuilletez les premières pages