ABYSSES

le . Publié dans Collection D'un art, l'autre

ABYSSES

en librairie depuis le 24 octobre

Fariba Hachtroudi [...] aime comme elle se bat : avec fougue et obstinément. Iranienne jusqu'au bout de la démesure,elle a pris la leçon de Zarathoustra, qui fut en son temps le grand escaladeur de l'absolu. [... ]

L'accompagne, sous les auspices du Chèvre-feuille étoilée, l'encre noire et acérée d'Anne Cotrel, dont les corps et les visages esquissés crient la souffrance et le désir, enserrés dans la masse nocturne et menaçante qu'il s'agit de vaincre et d'éradiquer ou... de fuir à jamais. Elles disent toutes deux que l'obscurantisme n'est pas une fatalité au pays d'Omar Khayyam... Et que la libération viendra peut-être par les femmes opprimées et niées. Gil Jouanard

 Lecture de Vénus Khoury Ghata

Magnifiques tes poèmes
Lus d'une traite

On dirait des esquisses d'un peintre
le visible cache beaucoup de non dit/
Leur brièveté doublée de beaucoup de dissensions visibles 
à l'oeil nu....

Chère Anne Cotrel,
J'aime vos dessins, très enlevés et relevés par un trait sûr par quoi vous accompagnez les poèmes de Fariba Hachtroudi. Cette iranienne dense et vive de qui la poésie m'a touché.
Merci de m'avoir communiqué votre livre "Abysses", un livre fort, lui aussi, satirique, tendre et violent, et qui entre amour et ironie, pose bien des questions quant à l'avenir de la femme iranienne.
À toutes les deux, merci ainsi qu'à votre éditeur
Amicalement,
Salah Stétié"

Parution de ce beau livre, poésie et encres, pour la fête de l'humanité le 13 septembre et en librairie le 24 octobre.
Vous pouvez le commander dès maintenant et vous le recevrez en avant-première


Détails

Genre : poésie et encres
Format : 13 x 18 cm
Pages : 68

978-2-36795-006-8
6,00 €


Voir le produit dans la boutique

 

auteures

Fariba HachtroudiFariba Hachtroudi, archéologue de formation (Doctorat à la Sorbonne ) publie ses premiers articles de presse au lendemain de la révolution de 1978. L'Exilée (réédité en 2009 sous le titre de Khomeyni Express ), un document choc, relate son voyage clandestin de 1985-1986 en Iran. Iran, les rives du Sang (Seuil), est couronné par le prix littéraire des Droits de l'Homme.

Elle alterne romans et essais selon les impératifs du moment et l'inspiration romanesque. J'ai épousé Johnny à Notre Dame de Sion (Seuil)vient de paraître en Poche et Le Chili Sur Les Traces de Neruda, beau-livre (Seuil) avec le photographe Laurent Péters, qui dénote, selon les critiques, la verve poétique de la romancière. Fariba Hachtroudi anime l'association humanitaire et culturelle Mohsen Hachtroudi/MoHa qui est à l'initiative du prix littéraire franco-indien Gitanjali dont la première édition a eu lieu à Pondichéry sous le haut patronage de l'Institut Français et du Consul Général de France à Pondichéry.Madame Ségolène Royal, Présidente de l'Association des Régions Francophones du Monde est la marraine de ce prix littéraire.

Fariba Hachtroudi est conférencière et blogueuse à Huffingen-Post. Son prochain roman paraîtra au mois de janvier 2014 aux éditions Albin Michel.

 

 

Anne CotrelEnrichie par ses voyages, la peintre Anne Cotrel partage son temps entre Paris et Montreuil-sur-Mer .

Premier prix de peinture de la Province de Versilia en Toscane et celui de la Fédération Internationale des Femmes artistes de Bruxelles. Sa dernière exposition à Pignia en Corse date de juillet 2013. La féerie picturale d'Anne, série d'aquarelles inspirées des lieux a accompagné musique et poésie d'amis artistes à l'occasion du festival Festi Voce.

Elle a fondé Quai Nord pour rassembler ponctuellement des artistes de tous horizons autour d'un thème différent.

presse

Article sur Fariba-Hachtroudi

 

 

 

Carte de Vénus Khoury Ghata

Vnus

lecture de Salah Stetie

Chère Anne Cotrel,
J'aime vos dessins, très enlevés et relevés par un trait sûr par quoi vous accompagnez les poèmes de Fariba Hachtroudi. Cette iranienne dense et vive de qui la poésie m'a touché.
Merci de m'avoir communiqué votre livre "Abysses", un livre fort, lui aussi, satirique, tendre et violent, et qui entre amour et ironie, pose bien des questions quant à l'avenir de la femme iranienne.
À toutes les deux, merci ainsi qu'à votre éditeur
Amicalement,
Salah Stétié"