Sortilèges sahariens

le Publié dans Collection D'un art, l'autre

Sortilèges sahariens

Direction Behja Traversac
Préface Ahmed Ben Naoum

Au Sahara, plus loin que le Sahara...

Images et mots du désert. Détours et ruses pour croire qu'il est là et, parce qu'il  n'est pas là où on l'attend, on le dirait sacré. Leïla Sebbar

Sortilèges Sahariens allège le monde de cette fin d'année et nous élève. Karima Berger

Ce livre est enchanteur ! Djilali Bencheikh

Un livre magnifique ! Un ravissement ! Les photos, rares, parce que ce ne sont pas celles que l'on voit habituellement, et puis les textes... Quel plus beau cadeau !  Catherine Rossi

Oui c'est un beau livre dont votre maison peut être fière. Tahar Bekri

C'est vraiment un très beau livre ! Alice Cherki

Votre livre sur le désert est vraiment magnifique. La maquette est très réussie et la couverture très poétique. Alain Vircondelet

Tout lecteur sera envahi par le bruissement de l'air saharien et gagnera le repos devant tant de beauté. Ce livre est une leçon de philosophie à portée de pupille et d'oreille. Benamar Médiene

Ce livre qui nous montre le Sahara en plus de 120 photos et 20 textes d'auteurs, n'est pas le Sahara réel. Il est un poème posé sur le Sahara. Il voudrait être le reflet de cet "immense livre, peint et scripté, gravé et sculpté, lisible et à lire depuis au moins sept mille ans... " là-bas, au Sahara, où « l'Afrique s'écoule jusqu'à la mer...», ici, dans le livre, où jaillit l'imaginaire en fusion et où résonnent des rêves millénaires.

Non, il n'a pas pour objet de décrire le Sahara réel. Ni d'en faire l'histoire. Tant de livres l'ont fait. Ce livre n'a pas ces vertus là. Il en a une autre. Il est un théâtre de lumière et d'ombre où les protagonistes ne sont pas forcément ceux qu'on attend. Ni leurs mots. Ni leur pensée. Ni l'empreinte de leur main. Il ressemblerait plutôt à une scène allégorique où surgissent le verbe et l'imaginaire des poètes, des écrivains, des artistes qui ont accepté d'occuper ces pages.

Ecoutez la chronique sur Radio Orient

Retrouvez Behja Traversac et les auteurs en signature

Détails

Prix : 30 € TTC
2008 - 208 pages couleurs - format 28x24 
Jaquette sur couverture cartonnée et toilée
reliure italienne, coupe fil
ISBN : 978-2-914467-52-0

auteurs photos

Jean-Marc Brillouet

Raymonde Hubac

Nawel Sebbaha

et

Claude Bedrani

Rosa Cortes-Journès

Alain Vircondelet

auteurs textes

Ben Nahoum Ahmed, Bekri Tahar, Bencheikh Djillali, Berger Karima, Bey Maïssa, Chaulet-Achour Christiane, Cherki Alice, Cortes Rosa, Gonzales Jean Jacques, Hacen Aymen, Kalouaz Ahmed, Médiène Benamar, Oumhani Cécile, Rossi Catherine, Saïd Amina, Sebbar Leïla, Traversac Behja, Vircondelet Alain, Virolle Marie, Yelles  Mourad.

ce qu'ils en pensent

 

Ce livre est enchanteur ! Djilali Bencheikh

Sortilèges Sahariens allège le monde de cette fin d'année et nous élève. Karima Berger

Le livre est magnifique ! Un ravissement ! Les photos, rares, parce que ce ne sont pas celles que l'on voit habituellement, et puis les textes... Quel plus beau cadeau ! Catherine Rossi

Oui c'est un beau livre dont votre maison peut être fière. Tahar Bekri

Je pense que la magie des ''sortilèges'' se communiquera facilement de bouche à regard et que son succes est garanti par sa qualité. C'est un livre à toucher, à sentir et laisser le regard à sa liberté et à son ivresse. Tout lecteur sera envahi par le bruissement de l'air saharien et gagnera le repos devant tant de beauté. Ce livre est une leçon de philosophie à portée de pupille et d'oreille. BenamarMédiene

extraits

« Pourquoi cet état d'ébriété soudain me saisit, fait vaciller mon corps dès l'arrivée sur le plateau du Tassili N'Ajjer ? Suis-je revenu au prologue du monde, à son aurore blanche, à son silence souverain ? » Benamar Médiène

« Au début, je n'ai pas vu que la nuit s'était enfuie. Elle s'était blessée en sautant par-dessus le ciel. A l'aube, elle saignait encore et l'horizon n'était qu'une énorme boursouflure violette qui palpitait sans bruit. Peu à peu, la plaie a viré au mirage sanguinolent. Quand j'ai ouvert les yeux, tout était rouge et les jets de lumière en fusion fusaient en gerbes jusqu'aux nues. Alors, je suis sorti de mon rêve au bord de l'arche de pierre, où les vents se cachent pour pleurer. Et là j'ai vu le monde brûler, comme pour la première fois. » Mourad Yellès

« C'est là donc, dans la main de la montagne, assise contre la paroi de ses grottes, dessinées d'un rouge sang de cinq mille ans, c'est là que j'entendais, par ma propre lecture cette fois, la voix de mes personnages, ils refaisaient surface, je retrouvais les sandales, le buisson de feu, le sacrifice, je me faisais, le Livre me re-faisait. Je naissais ». Karima Berger

« Il me faut maintenant ce qui erre dans mes vents de sable et dans mes nuits sublimes. Il me faut vous dévoiler les scènes consumées d'avant le temps de l'histoire. Il me faudrait, alors, restaurer l'étoile et rendre à l'eau son cours et la vie à l'oiseau jaseur. Mais le puis-je ? Mais je suis seul, comme peut l'être le poète. » Behja Traversac

« Paysages d'une sensualité douloureuse et mystérieuse. Quelles sont ces traînées blanchâtres qui semblent flotter entre deux éthers ? Est-ce un mirage de neige en enfer ? Seul le regard s'y aventure, on n'ose s'y approcher de crainte de s'y noyer. » Rosa Cortes

« Il est des noms qui sonnent comme des miracles. Je les égrène comme ils vont : Byzance, Constantinople et l'Hellespont, Pise, Amalfi, Harrar, Elzevier, Ecbatane, l'Almageste et l'Isagoge, la Transoxiane et le Septentrion. Tassili est immanqua-blement de ceux-là. Lui, doublement prodigieux ; vocable dont j'ai tout ignoré, authentifié par un du Hoggar qui venait comme pour apporter une ultime rigueur, qui ne faisait qu'ajouter mystère au mystère. » JJ. Gonzales

photos

Découvrez quelques photos du livre en ligne