Les éditions dédient ce site à toutes les femmes qui n’ont cessé de nourrir la revue Etoiles d’Encre de leurs textes, leur poésie, leur art, la chaleur de leur solidarité et de leur indulgence

 

Nuèch blanca

en librairie le 6 novembre

Nuit blanche ou Xeroderma Pigmentosum XP. Une maladie rare, invalidante et troublante. La maladie des enfants de la lune. Manière adoucie de nommer ce qui échoie à Lalia, cinq ans, interdite d’aller au grand jour. Née au bord de la Méditerranée, dans le Bas Pays, elle est tenue à l’ombre de la maison et ne sort que la nuit. L’enfant a un rêve : voir la neige. Son arrière-grand-mère Angèle, qui l’initie à mille jeux, au rêve, à la parole, aux contes…, décide d’accompagner la petite fille chez des cousins « perdus de vue », à la montagne, dans le Haut Pays, en plein hiver.
Angèle souffrit d’un autre enfermement lorsqu’elle avait son âge.
Il neige, la nuit règne, c’est une joie sans fin pour l’enfant et un renversement pour l’aïeule qui, désœuvrée, voit toute sa vie défiler.

Feuilletez les premières pages

Lire cette critique pour vous donner envie de le lire.


 

 

Détails

Genre : Roman
Format : 14,5 x 21 cm
Pages : 208

978-2-36795-083-9
7,00 €


Voir le produit dans la boutique

 

auteure

Adeline Yzac Adeline Yzac est romancière. Née dans un petit village du Périgord Noir, elle est installée à Montpellier où elle a ouvert son atelier d’écrivaine.  Elle accompagne des ateliers de réécriture-lecture et travaille à la question de la transmission de la langue.
Son deuxième roman, Le dernier de la lune, obtient en 2001 le Prix Alain Fournier.

 

critiques

" Nuech blanca est un roman de la blancheur. Une histoire d'hiver, une veillée dans la montagne, dans le "Haut pays". Un livre de lumière : celle du dehors, la neige éblouissante dans laquelle jouent des enfants; celle du dedans, paroles et silences que partagent les grandes personnes, les cousins qui se retrouvent, les souvenirs tricotés comme des laines chaudes. 
 Nuech Blanca a l'éclat d'une toute petite fille, Lalia, de sa très vieille arrière grand mère, Angèle, et du lien entre elles deux. Lien de protection, de rêve réalisé, voyage entre le "Bas pays" méditerranéen et le "Haut pays" enneigé. Lien des transmissions de génération en génération, transmission d'une langue occitane, d'une histoire familiale et d'un terroir. 
Je suis rentrée dans ce livre d'unité de temps et de lieu comme on entre dans une pièce chaude, près d'un feu de cheminée, en écoutant une histoire vacillant comme une flamme. Pages racontant l'âge sage, l'enfance fraîche,  légèreté et gravité mélangée. Va et vient dans les temps, celui du passé des personnages, du présent de cette veillée au chaud, de l'avenir que portent les enfants, à travers leurs jeux, leur vivacité, leur tendresse d'être. 
 Merci à Adeline Yzac. Votre livre a l'éclat d'un givre qui tient chaud."

Immergé dans un paysage de neige, à l'abri d'un salon douillet, on se retrouve à partager un délicieux moment du quotidien de deux femmes d'âge mûr. A la fenêtre Lilia dans son habit de cosmonaute se manifeste occasionnellement et expose son bonheur en interrompant la conversation de sa Mamète Gélou qui interroge sa vie tout autant que sa venue.
C'est à travers ses brides d'échanges qu'on prend acte de cette nécessité d'évasion familiale, qu'on mesure le besoin de répondre à l'injonction de vie de l'enfant destinée à se jouer d'une pathologie bien singulière.
Une pudeur tout à l'avantage de l'auteur s'inscrit dans un style plein de douceur et de subtilité, bien qu'on manque un peu de repères directionnels.
A mi mot, tel un tricot qui entrecroise ses mailles endroit-envers, l'histoire familiale, les traditions, l'environnement et la particularité du vécu de Lilia se devinent, se dessinent dans un rythme de lecture calqué sur la maturité des personnages principaux. Ce choix d'agencement narratif aère la pesanteur du sujet principal et permet d'aborder le thème de la maladie infantile sous un angle bienveillant.
Voilà un bien beau roman offrant une découverte culturelle qui nous fait voyager du Sud de la France hostile à Lilia de part son ensoleillement, aux aires de jeux nordiques si épanouissantes dont elle profitent généreusement pendant tout une semaine.
Un mot suffit a qualifier ce roman: "Aquo's polit" (Touchant)
Just-Lou

Hélène Pradas

 

Sur le fil de la nuiten librairie le 6 novembre

Au cœur du vieux Toulon, Paul, le Prince des secrets, gérant de boîte de nuit, déplie, pour une femme flic, la grande toile d'araignée dont chaque personnage tient un fil. Emmanuel le lanceur de couteaux et Sonia, une gueule d'ange sans ailes ni cervelle, mâcheuse de chewing-gum, qui blesse et dévore ceux qui passent à sa portée.

Finira-t-elle par se faire prendre?
Sur le fil de la nuit les lames volent, les cœurs se brisent, l'amitié demeure.
 

 Feuilletez les premières pages

 




 

A la mémoire d'un angeen librairie le 6 novembre

1940-1944. Pauvre ou riche, artisan ou banquier, illettré ou lettré, le Juif est identifié, spolié, condamné, promis à la solution finale. Ses biens matériels, culturels, sont aryannisés.
À partir d’un fait réel que lui a confié la petite fille d’une femme emmenée en camp d’extermination depuis Allauch, non loin de Marseille, où elle habite, Michèle Juan i Cortada a imaginé cette fiction. Trois adolescents marseillais ont un exposé à faire sur la spoliation des biens juifs à Marseille pendant la guerre de 1939-1945.
De recherches en trouvailles, d’une étape à une autre, ils découvrent des vérités, les faits historiques, des abominations, des élans de solidarité, et des secrets de famille qui feront basculer leur destin. Un portrait de femme les aidera dans leur recherche.

Feuilletez les premières pages

Lisez cette critique


 

Les ailes brûlées de Dalila Azzien librairie le 3 juillet 2014

Je suis El hadja, née le 6 octobre 1979, j’ai quitté ce monde le 13 septembre 2000, brûlée vive par TOI, mon propre frère.
Ce roman est une tragédie où se croisent deux formes d’écriture, littéraire et théâtrale.
Quelques années après sa mort, l’esprit de la jeune comédienne revient à Mostaganem en Algérie. Elle convoque sa famille et sa meilleure amie sur la scène du petit théâtre où elle s'est épanouie et nous fait assister au vrai procès que la justice n'a pas rendu.
Un témoignage poignant qui donne la parole à la victime qui a souffert une triple injustice, le crime, le silence et l’oubli en hommage à cette comédienne prometteuse.
Feuilletez les premières pages

Lire les 5 bonnes critiques sur Babélio

 Une excellente critique de Maïa Alonso

et une autre de Farouk Bahri
 

 

en librairie le 5 juin 2014

TotémisésUne question chahute sur quatre décennies, Charles, Catherine et Estéban, dans ce conte contemporain : Qu’est-ce que la norme… et comment se situer dans un monde en perpétuel mouvement ?
Leur histoire d’amour/s, au sein de cette chronique familiale sillonnant l’Île de Ré, le port de Gênes, le lac de Côme, Toulouse et la Cerdagne, les confronte aux phénomènes de notre société, intrusive et exclusive à la fois…
Des rites initiatiques du scoutisme aux performances des FEMEN, via les expériences de Milgram, ce trio – et le clan Ramires qui l’accompagne – s’interroge…
Subir ou réagir ? Obéir ou désobéir ?

Feuilletez les premières pages

Lire 4 critiques sur Babelio

article de presse


 

On dirait qu'elle danse de Maïssa BeyEn librairie le 2 mai 2014

Que peut-il bien se passer dans la tête d'une petite fille qui, un soir, après une colère, ouvre  la fenêtre  et  saute  dans  le  vide ?  L’auteure  se glisse dans la peau de cette fillette et, le temps d'une représentation, trouve les mots justes pour tenter de dire les peurs, les rêves, la douloureuse lucidité de ces enfants passés de l'autre côté de l'enfance.

« Non, je ne veux pas grandir Je ne veux plus avoir peur Parce que tout au bout de l’enfance,
il y a le monde. Le monde des adultes. De ceux qui ont peur Peur pour nous. Peur pour eux.
Peur de tout... écrit superbement Maïssa Bey prêtant sa voix à cette enfant de neuf  ans qui a délibérément préféré rejoindre les étoiles à (bout de) force d’entendre la pensée raisonnable et raisonnante des adultes.

Yves L. Inferno-magazine, 12 novembre 2013
Texte commandé par le metteur en scène, Jean-Marie Lejude


 

 

 NON ! de Janine Teissonen librairie le 2 mai 2014

Dans NON !  il n’y  a qu’une  seule  voix :  celle d’une jeune  fille de dix-sept ans. Internée dans un hôpital psychiatrique. Engluée dans des engagements qu’elle croit  ne  pas  pouvoir rompre,  elle  est  devenue  ano-rexique. Incapable de dire NON ! Elle est emprisonnée dans le silence.

Dans un  long monologue  interrompu parfois par  la mère ou l'interne, la jeune fille prend conscience de ce qui l'a amenée là. Réussira-t-elle à faire basculer sa vie du bon côté ? On peut l'espérer. 
 

Lire les critiques de Babelio




 

En librairie le 20 mars !

Revue 57-58 Dites-le avec humour

Après la légèreté, étoiles d’encre aborde l’humour.... Parce que nous aimons tous et toutes le rire et le plaisir qu’il est censé nous octroyer, mais plus encore peut-être la découverte de ce qui est caché, masqué en nous et que ces instants de rire et de plaisir nous permettent d’explorer.

L’imagination humoristique populaire est un havre pour faire contrepoids au désespoir. Et même si l’humour a mille formes, mille pays, mille figures, mille époques, mille contextes, il est, depuis la nuit des temps, cet arrêt sur rire qui nous sauvegarde, nous sauve, comme le font parler, nos auteures dans ce numéro. L’humour franchit les frontières et les efface : dans ce recueil le dessin du 8mars 2013 de Doaa Eladl: « Une femme fauteuil » répond au texte de Mahia Alonso « Une femme chaussure ».

Trouver une femme caricaturiste pour illustrer ce numéro sur le thème de l’humour ne fut pas évident! Et pourtant nous l’avons trouvée et c’est en Egypte ! Doaa Eladl, célèbre caricaturiste égyptienne, a généreusement offert ses caricatures. Elle a aussi illustré la couverture d’« Égypte An II» le livre de Fawzia Assaad qui s’est rendue au Caire pour la rencontrer et l'interviewer. Artiste talentueuse et courageuse, elle croque chaque jour la réalité politique et sociale de son pays.  

Feuilletez les premières pages !

Les premières pages de l'entretien sont ici.


 

Anaïs Nin, genèse et jeunessepublié le 6 mars 2014

Anaïs Nin est célèbre pour sa sexualité débridée, pour son œuvre novatrice, reconnue tardivement, et surtout pour ses journaux témoins de l’époque du Paris d’avant guerre puis du New York des années 50. Si son enfance et sa jeunesse nous offrent des pistes intéressantes pour déchiffrer le mystère de cette artiste à l’aura sulfureuse, sa vie adulte n’en offre pas moins. De nombreuses personnalités du monde de l’art et de la littérature traversent ce destin exceptionnel.

Sophie Taam sait bien que les biographies de son héroïne ne manquent pas, mais celle-ci intervient à un moment de l’histoire sociale où l’on a une meilleure connaissance des conséquences de l’inceste, dont fut victime Anaïs Nin et qui la marqua à jamais.
Elle inventa sa propre façon de se guérir et fut une féministe, certes controversée, mais qui rencontre aujourd’hui l’adhésion d’une certaine mouvance.

Feuilletez les premières pages

Babelio

La cause littéraire entretien

La cause littéraire, critique de Laurence BiavaLaurence Biava

COMMERCIAL & PRESSE

 

DIFFUSION

 

COMMANDES

A propos

Chèvre-Feuille étoilée est une édition française à vocation méditerranéenne à sa naissance, elle s'inscrit désormais dans le monde. Elle essaie de diffuser ses ouvrages ailleurs qu'en France. Elle est depuis le début diffusée en Algérie. Notre projet est de la porter dans d'autres pays, et d'autres continents où elle a déjà mis le pied...


+ d'infos

chevre-feuille.fr